.

Choisir sa langue

mercredi 28 mars 2012

Je jette l'éponge......

La planète va mal


Rien n'arrête le pouvoir de destruction que provoque notre goût du confort et des inventions inutiles...


je n'ai plus envie de crier dans le désert...........


Pour ceux qui le voudront...... je vous donne rendez-vous sur mon nouveau blog uniquement dédié à mes photos et à mes coups de coeur


Merci et à bientôt , peut-être.................

Femme étoile

http://camarguelanguedoc.blogspot.com/

dimanche 4 mars 2012

MARCHE AVEC LA VIE ! (message à tous les politiques de la planète)


Puissent les désirs de ton coeur être purs, ne cherchant pas à obtenir mais t'initier, t'élevant, tel l'Aigle, au-dessus des épreuves et tribulations, amenant la Paix à tous ceux qui croisent ta voie, n'autorisant jamais les nuages noirs à régner, laissant les Terres demeurer, libres et sauvages, intouchées. Puisse l'Esprit de la Vie renforcer ta tolérance, ta sagesse et ton humilité.

TAHCA USTHE OCETTI SAKOWIN OYATE (Lakota - 1960 - père de Archie Fire Lame Deer)

.

samedi 3 mars 2012

L'amour d'un chien ......



Un groupe tout à l'heure était là sur la grève,
Regardant quelque chose à terre - Un chien qui crève !
M'ont crié des enfants ; voilà tout ce que c'est -
Et j'ai vu sous leurs pieds un vieux chien qui gisait.
L'océan lui jetait l'écume de ses lames.
- Voilà trois jours qu'il est ainsi, disaient des femmes,
On a beau lui parler, il n'ouvre pas les yeux,
- Son maître est un marin absent, disait un vieux.
Un pilote, passant la tête à sa fenêtre,
A repris : - Ce chien meurt de ne plus voir son maître.
Justement le bateau vient d'entrer dans le port ;
Le maître va venir, mais le chien sera  mort;
Je me suis arrêté près de la triste bête,
Qui, sourde, ne bougeant ni le corps ni la tête,
Les yeux fermés, semblait morte sur le pavé.
Comme le soir tombait, le maître est arrivé,
Vieux lui-même ; et, hâtant son pas que l'âge casse,
A murmuré le nom de son chien à voix basse.
Alors, rouvrant ses yeux pleins d'ombre, exténué,
Le chien a regardé son maître, a remué
Une dernière fois sa pauvre vieille queue,
Puis est mort. C'était l'heure où, sous la voûte bleue,
Comme un flambeau qui sort d'un gouffre, Vénus luit :
Et j'ai dit : D'où vient l'astre ? où va le chien ? ô nuit !

Victor Hugo
.