.

Choisir sa langue

mercredi 31 décembre 2008

Chaque être est né libre de ses pensées et de ses actes...............
La vie en communauté le soumet peu à peu et le transforme en mouton ; l'être perd ainsi son individualité et la peur de vivre sa différence le pousse à s'intégrer au troupeau pour bénéficier de sa protection mais par cela il perd son originalité et sa faculté de penser par lui-même.


L'univers est comme une toile d'araignée, chaque individu, chaque être vivant, est un fil de cette toile.

Qui aurait l'idée de scier la branche sur laquelle il est assis ? Et pourtant c'est bien ce que nous faisons tous actuellement en nous soumettant à la dictature catastrophique, intéressée et insensée de la jungle industrielle, économique et politique qui gouverne ce monde et le précipite vers le chaos.

Nous avons tous un cerveau et notre intelligence devrait nous sensibiliser au fait que chaque fois qu'il touche à la Nature l'homme crée des catastrophes :
la disparition de dizaines d'espèces (végétales, animales) devraient nous interpeler et nous prévenir du danger qu'il y a à continuer la dégradation de notre planète.

Il n'est pas question de retourner vivre dans des cavernes mais de gérer nos activités avec le respect dû à la terre et la conscience, la compréhension des conséquences de nos actes sur notre environnement.
"La Terre est semblable à une toile d'araignée, quand on touche un de ses fils, on atteind toute la toile"


N'oublions pas que nous sommes dépendants du reste de la création, partie intégrante de cette création, ni en dessus ni en dessous ; chaque maillon de cette chaîne que nous détruisons est une chance de survie qui disparait. Chaque maillon qui disparaît raccourci la chaîne et nous rapproche de son terme............................
Et Archie parle :"La plupart des spécialistes de l'environnement, les biologistes, s'imaginent connaître les plantes, mais ils n'ont pas vraiment cette conscience de la plante en tant qu'être vivant. Il en est de même pour toute chose créée par le Créateur. Toute chose est un être vivant. L'homme occidental n'a plus le sens de la Terre : il ne sait plus planter ses légumes, il ne sait plus comment survivre sur la Terre qu'il a complètement polluée, alors qu'il déploie beaucoup d'efforts pour conquérir les autres planètes . Lorsque l'homme ne sait plus comment survivre quelque part, il cherche à se rendre ailleurs. "
Femme étoile







mardi 30 décembre 2008

La Mère, principe féminin créateur de vie





 
Quelle soit humaine ou animale, la maternité n'est-elle pas expression de l' Amour qui est l'énergie motrice de l'univers.

Femme étoile



lundi 29 décembre 2008


Le tigre de Sibérie (en voie de disparition) : comment vivre pleinement dans un monde d'où une telle beauté aurait disparu ...........





Nous étions un peuple sans lois , mais nous étions en très bon termes avec le grand esprit, Créateur et Maître de toute chose.

Vous présumiez que nous étions des sauvages. Vous ne compreniez pas nos prières. Vous n'essayiez pas de les comprendre. Lorsque nous chantions nos louanges au soleil, à la lune ou au vent, vous nous traitiez d'idolâtres. Sans comprendre, vous nous avez condamnés comme des âmes perdues, simplement parce que notre religion était différente de la vôtre.

Nous voyons la main du Grand Esprit dans presque tout : le soleil, la lune, les arbres, le vent et les montagnes, parfois nous l'approchions par leur intermédiaire.
Etait-ce mal ? Je pense que nous croyons sincèrement en l'Etre suprême ; d'une foi plus forte que celle de bien des Blancs qui nous ont traité de païens.... Les indiens vivant près de la nature et du Maître de la nature ne vivent pas dans l'obscurité.

Saviez-vous que les arbres parlent ? Ils le font pourtant ! Ils se parlent entre eux et ils vous parleront si vous écoutez. L'ennui avec les Blancs, c'est qu'ils n'écoutent pas ! Ils n'ont jamais écouté les Indiens, aussi je suppose qu'ils n'écouteront pas les autres voix de la nature. Pourtant, les arbres m'ont beaucoup appris ; tantôt sur le temps, tantôt sur les animaux, tantôt sur le Grand Esprit

Tatanga Mani (1871/1967)

UN PETIT COIN DE CAMARGUE PRESERVE DU BETONNAGE

Les blancs se moquent de la terre, du daim ou de l'ours (celui des pyrénnées massacrés par des individus à la vision courte et égoïste - le loup qui vit partout intégré dans la nature sauf en France!!!). Lorsque nous, indiens, chassons le gibier, nous mangeons toute la viande. Lorsque nous cherchons les racines, nous faisons de petits trous. Lorsque nous construisons nos maisons, nous faisons de petits trous. Lorsque nous brûlons l'herbe à cause des sauterelles, nous ne ruinons pas tout. Nous secouons les glands et les pommes de pins des arbres. Nous n'utilisons que le bois mort. L'homme blanc, lui, retourne le sol, abat les arbres, détruit tout. L'arbre dit : "Arrête, je suis blessé, ne me fais pas mal." Mais il l'abat et le débite. L'esprit de la terre le hait. Il arrache les arbres et ébranle jusqu'à leurs racines. Il scie les arbres. Cela leur fait mal. Les indiens ne font jamais de mal, alors que l'homme blanc démolit tout. Il fait exploser les rochers et les laisse épars sur le sol. La roche dit : "Arrête, tu me fais mal" Mais l'homme blanc n'y fait pas attention. Quand les indiens utilisent les pierres, ils les prennent petites et rondes pour y faire leur feu.....
Comment l'esprit de la terre pourrait-il aimer l'homme blanc ?... Partout où il la touche, il laisse une plaie.

Une vieille sage WINTU parle avec tristesse de la destruction gratuite des terres sur lesquelles elle vivait (exploitation hydraulique des mines d'or) et que le blanc a dévastées.

Qu'est-ce que la vie ? C'est l'éclat d'une luciole dans la nuit, c'est le souffle d'un bison en hiver. C'est la petite ombre qui court dans l'herbe et se perd au couchant.
Ces mots furent les derniers prononcés par un guerrier blackfeet (pieds noirs) brillant orateur, Crowfoot (1821/1890)

samedi 20 décembre 2008

Notre Mère la Terre

Je veux parler :

Je veux parler de ma Mère la Terre


























Ce que j'ai à dire est très sacré.




Nous sommes venus dans ce monde, ce cercle de vie, sous forme de graines. Il n'y a pas de différence avec les arbres, les fleurs, les racines, le peuple des oiseaux nos frères, le cerf, l'ours, le bison que nous appelons Tatanka.

Chaque partie de notre corps, aujourd'hui, vient des bienfaits de notre Mère la Terre. Ce matin, au petit déjeuner, nous nous sommes nourris de notre Mère, afin de vivre chaque jour de notre vie.
Mais remercions-nous notre Mère la Terre, elle qui nous donne la vie ? L'indien du passé le faisait......

La Terre est notre vraie Mère, car tout nous vient d'Elle. Chaque jour, Elle prend soin de nous. Il est tard, mais encore temps de redécouvrir et faire revivre les anciennes valeurs indiennnes de respect de Notre Mère.

Vous parlez d'écologie. Nous pensons que la Terre notre Mère mérite un terme plus profond. Si nous voulons survivre, nous devons la respecter. Elle est très belle, mais déjà Elle nous montre par certains signes qu'Elle nous punira si nous ne La respectons plus. Nous devons nous souvenir qu'Elle fut placée dans cet univers par Celui qui est tout puissant, le Grand Esprit, Wakan Tanka, Celui que vous appelez Dieu.

Nous, Indiens d'Amérique du Nord, avions une façon de vivre qui nous permit d'exister avec la seule beauté d'un environnement naturel. Les tribus indiennes avaient en commum leur système de valeur et leur spiritualité. Cette absence d'animosité préserve la beauté naturelle dont l'homme a tant besoin à l'heure actuelle.

Nos quatre commandements sacrés donnés par le Grand Esprit sont : respect de notre Mère la Terre, respect du Grand Esprit, respect de l'homme (nous sommes et continuerons d'être un peuple sans préjugés), respect de la liberté individuelle, tant qu'elle ne menace pas le peuple ou la tribu de notre Mère la Terre.

Archie Fire Lame Deer
Inipi, le chant de la terre






lundi 15 décembre 2008

















Le printemps,
l'été,
l'automne,
l'hiver,
notre Mère la Terre respire à son rythme , lent, doux, immuable.
Inspir : la sève monte, les graines germent, les feuilles poussent, l'espoir d'une nouvelle moisson est là !
Un léger suspens : le soleil en profite pour faire mûrir tous les espoirs.
Expir : les feuilles jaunissent, puis tombent, les arbres se dénudent, la terre humide devient froide et c'est l'hiver où tout s'endort, s'enferme.
Un nouveau suspens : dans cet espace, entre deux respirations, la terre se repose avant de reprendre son karma créatif.
Et le cycle recommence, inspir, expir.

.......................................
Et Archie parle :
"Il n'est pas nécessaire de prier pour ce que vous n'avez pas. C'est l'intention du Créateur que vous ayez ce que vous avez effectivement. Soyez heureux !
Si votre mari ou votre femme n'est pas aussi beau ou belle, que celui ou celle des autres, ne regardez pas ailleurs, car la beauté peut être décevante.
Vous le regretterez et devrez lutter le reste de votre vie. Soyez heureux !
Ne priez pas pour la richesse. Certains cherchent toujours plus loin que la colline, afin de voir si la vie est plus douce sur son autre versant. Mais, au sommet, ils verront une autre colline... Ils n'atteindront jamais le bonheur. Soyez heureux de ce que vous avez."
....
L'homme est la connection entre le Créateur et la Terre. Vous êtes comme le tuyau de la Pipe, vous êtes la connexion. Vous êtes comme l'Arbre, Vous êtes les racines du sacré.
Les enfants me demandent : "grand-père où est Dieu ?" Je réponds : "vous êtes Dieu !"

dimanche 14 décembre 2008




L'hérault, département de France, qui m'enthousiasme, me fascine, comble mon coeur et mon esprit de joie, de beauté. Département où la nature est si belle.
Département où la nature est tellement menacée de disparaitre sous le béton, victime de l'engouement des "étrangers" et des promoteurs qui lotissent à tour de bras chaque parcelle de terre libre de cultures.
Les pinèdes sont transformées en lotissements qui n'ont aucune cohérence architecturale, où chacun se protège de l'autre derrière des murs ou sous la garde de chiens agressifs.
La terre du midi de la France devient une pompe à fric mise à la disposition de ceux qui peuvent payer ! la nouvelle race de bobos campagnards !
Notre Sainte Mère la Terre, les arbres et toute la nature sont les témoins de vos pensées et de vos actions.
Proverbe Winnebago